14 déc. 2013

GM/PSA comme FIAT/PSA

L'alliance entre le groupe américain GM avec le groupe français PSA ressemble furieusement à l'alliance entre le groupe américain GM avec le groupe italien FIAT.

Ce sont des conditions économiques moroses, qui avaient contraint le constructeur italien FIAT, comme le constructeur français PSA à rechercher des synergies avec le constructeur américain GM. Tous deux aspiraient à faire des économies en développant des plateformes communes et des moteurs communs avec les filiales européennes Opel/Vauxhall du géant américain.

En 2000, l'américain GM avait immédiatement formé une joint-venture à 50/50 avec l'italien FIAT dans le domaine des châssis et des moteurs, car le yankee était intéressée par les technologie de pointe de l'Italien. Mais en 2011, l'accord avec PSA n'avait débouché sur aucune solution, car le français fournissait déjà MINI/BMW, coopérait avec Ford et avec Mitsubishi.

A l'époque, l'américain GM avait acquis 20 % de la filiale Fiat Auto pour 2.4 milliards, alors que FIAT Group avait pris 5 % de la holding GM. Dernièrement ce même GM avait acquis 7 % du Groupe PSA pour 400 million sans contrepartie et sans clause contraignante.

Des problèmes de trésorerie sérieux avaient poussé tant FIAT que PSA a faire alliance avec GM. mais comme le développement d'une plateforme commune prend au minimum 5 ans, l'alliance franco-américaine de quelques mois est insuffisante pour apporter ses fruits. D'autant plus que la situation de 2013 est beaucoup plus grave que celle de 2000 et GM ne pouvait attendre un hypothétique redressement de PSA

L'alliance entre FIAT et GM avait pris fin lorsque GM avait voulu débaucher les ingénieurs de FIAT et avait voulu faire main-basse sur les brevets et la technologie de l'Italien. Mais le groupe américain, qui dispose de la technologie Common Rail de FIAT, n'a pas trouvé chez PSA de technologie capable d'aiguiser son appétit, elle lui a juste pris le marché iranien, mais pas le marché chinois.

En effet, le groupe automobile français PSA n'a perdu dans son aventure avec le groupe automobile américain GM que son marché iranien et ses alliances ponctuelles avec BMW, FORD et Mitsubishi. Par contre, le groupe automobile italien FIAT avait perdu dans son aventure avec le même GM, non seulement son département ferroviaire et son département aéronautique, mais également ses alliances russes et ses alliances chinoises. Pour survivre, le groupe automobile italien FIAT avait été contraint de racheter le groupe automobile Chrysler aux États-Unis, pour s'ouvrir un accès à ce marché. Le groupe automobile français PSA a d'ailleurs fait de même en y implantant sa filiale FaurECIA.

Le groupe FIAT avait eu la clairvoyance d'inclure une option contraignante de rachat dans son alliance Italo-américaine, au cas où les choses tourneraient mal. Bien lui en a pris, car l'Italien avait perdu des plumes dans son avemture avec l'Américain, mais avait obtenu 2 milliards de dédommagement. Cette manne bienvenue en temps de crise lui avait permis de reprendre immédiatement le contrôle de FPT et dernièrement le contrôle de VM.

Source : Internet (page actualisée le 14/12/13)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire